Vaovy : Beko & Blues
1 janvier 2020 // Musique // 262 vues // Nc : 120

Après quelques années d’absence, Vaovy revient sur scène avec une nouvelle formation. Desy, un des fils de Jean Gabin Fanovona, fondateur du groupe disparu dix ans plus tôt, en est le leader. Un retour plus traditionnel, plus acoustique, du Beko & Blues.

« Salakao » est l’un des titres les plus connus de la musique a cappella malgache. Repris par le groupe Salala, c’est bien Jean Gabin Fanovona, fondateur du groupe Vaovy, qui en a composé ce titre. Décédé en 2010, ce compositeur hors pair a laissé de nombreuses œuvres encore ignorées du grand public. Sa passion pour la musique, il l’a développée comme membre de différentes chorales, notamment celle d’Ambovombe, sa ville natale du Sud.

Grand défenseur de la musique traditionnelle malgache, il a participé à différents festivals comme le Masa (Marché des arts du spectacle africain) mais a aussi donné des cours en France. C’est en 1974 que Jean Gabin Fanovona créé le groupe Vaovy tiré du nom d’un arbre endémique de Madagascar dont le bois est utilisé pour construire les charrettes à zébu chez les Antandroy. Le groupe se démarque par des harmonies vocales inspirées du beko, un chant traditionnel a cappella du sud souvent comparé au blues ainsi que le drimotse, un son produit par le raclement de la gorge.

Jean Gabin y apporte une touche plus moderne en mélangeant les instruments traditionnels avec des instruments électriques, plus basse et batterie, ce qui lui a permis de produire cinq 45 tours en 1984. Une de ses chansons « Kila raha » sera également repris dans les albums « Ladies of Africa » (2008) et « The World of Indigo. » (1995) À la mort de Jean Gabin, le groupe a préféré s’éloigner de la scène musicale. « Pour nous, c’était une grande période de deuil. Mais aujourd’hui, nous revenons pour rendre hommage au travail de notre père et continuer à valoriser la musique du Sud », explique Desy. Il se concentre ainsi sur le concept du Beko & Blues avec une formule plus acoustique.

On retrouve Damy au lokanga voatavo (violon), Rebara au marovany de 24 cordes (cithare malgache), Mbola à la danse, Say et Sorognaze’e au chant. Les percussions comme le langorona (tambour) rythment parfois les chants et s’ajoute souvent à cela, le tsinjaky, une danse typique du Sud. Mais c’est le son particulier du lokanga qui fait la renommée de Vaovy. Quant aux thèmes, ils restent les mêmes, toujours liés aux problématiques du Sud, notamment, la sécheresse. « Mon père a écrit plusieurs titres comme Omeo rano (Donnez-nous de l’eau) ou Androy tane mileven-drano (Androy la terre où l’eau est enterrée). Malheureusement, ce problème persiste aujourd’hui. D’ailleurs, le vaovy est aussi utilisé dans la fabrication de récipients pour transporter de l’eau. »

De son vivant, Jean Gabin a sorti deux albums « Angira » (1995) et « Vamba » (2001). Pour ce dernier, il a collaboré avec Régis Gizavo à l’accordéon, Ialy Tsilomay au lokanga, Solo Razaf à la guitare et Vincent Bucher à l’harmonica. Cette année, l’actuel groupe compte produire un nouvel opus intitulé « Salama » composé de douze titres. Du pur Beko & Blues !

Propos recueillis par  Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir