Ratsilahy : Marqueur de génération !
9 mai 2024 // Musique // 179 vues // Nc : 172

À tout juste 24 ans, Ratsilahy s’est distingué lors des RDJ Mozika Awards en remportant le trophée dans la catégorie RAP avec son fameux hit « Teddy ». Originaire de la côte Est et ayant grandi à Moramanga, ce jeune artiste délivre des vers qui capturent l’essence du vrai rap, affirmant ainsi son talent indéniable. Déterminé à élargir son auditoire, Ratsilahy ne compte pas s’arrêter là.

Né Donnat Christophe Giovanni, Ratsilahy a parcouru un chemin artistique singulier. Autrefois connu sous le nom de scène Dox, il a choisi de se rebaptiser Ratsilahy vers 2017 pour éviter toute confusion avec d’autres artistes portant le même pseudonyme. Ce choix de nom reflète son alter-ego, symbolisant la dualité présente en chaque individu. À travers sa musique, il véhicule un message de victoire, de motivation et de lutte. « Éduquer et inspirer la jeunesse sont essentiels, car la vie est un combat perpétuel. J’aspire à provoquer un changement de mentalité, que ce soit chez les jeunes, les politiciens ou tout individu ». Ratsilahy se distingue également par sa polyvalence linguistique, alternant entre le malgache officiel et le betsimisaraka dans ses paroles. Avec sa vision unique, il ambitionne de laisser une empreinte indélébile sur sa génération et de secouer les consciences avec sa musique.

Désormais, Ratsilahy affirme qu’il combine le chant et le rap à part égales, avec une répartition de 50 % de chaque dans ses nouveaux morceaux. S’il a commencé à faire du rap en 2014, c’est en 2019 qu’il sort son premier EP « Mpandresy » (Vainqueur), suivi un an plus tard d’un autre EP en collaboration avec un rappeur de Majunga. C’est en 2023 qu’il a réellement attiré l’attention avec la célèbre chanson « Teddy », présente dans son EP « Rombotra ». Après avoir traversé des problèmes de santé et subi une opération, cette période difficile lui a offert une occasion de réflexion sur sa musique. Pendant son rétablissement, il a même réalisé un clip homemade pour « Teddy », tourné sur sa propre terrasse. En vérité, cette expérience a inspiré le titre de son premier album à venir « Rooftop », en hommage à un lieu symbolique où il se ressource, écrit et partage des moments de joie avec ses amis. Après une deuxième opération début 2024, Ratsilahy a de nouveau pris du recul pour se concentrer sur l’écriture de nouveaux morceaux pur son album. En outre, l’arrivé de nouveaux membres dans son équipe a renforcé sa motivation, et il a sorti un nouveau son « Isan-teteky », en mars 2024, un morceau qui explore l’amapiano, un mix entre la deep house et le jazz, un style originaire d’Afrique du Sud.

Désormais épaulé par son équipe, ensemble, ils mettent un point d’honneur à maintenir une communication professionnelle de haut niveau. « Dans l’industrie musicale, la compétition est féroce ». Bien qu’il considère que la musique ne devrait pas être une compétition, Ratsilahy reconnaît l’importance de prendre en compte la concurrence pour marquer les esprits et la génération actuelle. « Mon manager, qui est aussi ma copine, joue un rôle essentiel dans ma carrière. La musique devient une combinaison de passion, et de stratégie marketing. De nombreux aspects de la création artistique subissent des changements significatifs ». L’album tant attendu « Rooftop » est prévu pour une sortie en août 2024, et Ratsilahy est prêt à franchir cette nouvelle étape avec confiance et détermination.

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana
Contact : +261 32 36 592 76
Facebook : Ratsilahy 

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir