Peppe Voltarelli « Ce côté ironique qui peut paraître borderline »
2 janvier 2020 // Musique // 261 vues // Nc : 120

En décembre dernier, Peppe Voltarelli, deux fois lauréat du prix Tenco, les Victoires de la musique italienne pour la chanson d’auteur, a investi la scène de l’IFM (Institut français de Madagascar) à Analakely. Il a partagé ses chansons avec deux artistes malgaches, Bolo et Piu Lion.

Madagascar, une terre de rencontres ?
Depuis des années, je partage ma musique italienne à l’étranger notamment en Amérique du nord, en Amérique du sud et en Europe. J’adore voyager pour partager ma musique. J’ai accepté l’invitation du consulat honoraire d’Italie à Madagascar parce que je n’étais jamais venu en Afrique. L’objectif, c’est bien sûr de jouer mais surtout de rencontrer les musiciens malgaches pour échanger des expériences. Sur la scène de l’IFM en décembre dernier, j’étais avec Bolo, un jeune artiste populaire. Nous avons chanté sur une de mes chansons intitulée « Ultima notte a Mala Strana » (Dernière nuit à Mala Strana) qui parle de la ville de Prague, où il est intervenu avec une partie en malgache. Il raconte la nuit à Antananarivo. J’ai également joué avec Piu Lion, un musicien formidable. Il joue du begah, un instrument qui rappelle la mandoline, la harpe et la guitare.

Sinon, à l’Alliance française d’Antsirabe, j’ai fait la rencontre du chansonnier Mamy Basta. Toutes ces collaborations se sont faites spontanément, la complicité s’est installée très vite.

Une musique pour ne pas oublier ses racines ?
Je suis originaire de Calabre et j’ai commencé me produire avec la musique traditionnelle du sud de l’Italie. Mes chansons sont le fruit des recherches sur la langue, plus précisément le dialecte du sud pour montrer qu’il peut encore vivre face à la mondialisation. Le dialecte permet d’avoir un lien avec l’histoire. Je le fais à travers un style à la fois provocateur et ironique. Quelques fois, c’est difficile pour les gens d’accepter ce côté ironique qui peut paraître borderline. En tout cas, l’émotion y gagne car il y a la nostalgie, l’amour de la langue et le rattachement à la terre. Mes chansons sont d’abord destinées à la communauté italienne qui vit à l’étranger.

De fait, vous parlez beaucoup d’immigration…
Je suis un immigré du sud de l’Italie vers le nord, puisqu’actuellement, j’habite à Florence. L’Italie, c’est la porte de l’immigration vers l’Europe de ceux qui viennent d’Afrique et d’Orient. Nous ne sommes pas préparés psychologiquement à accueillir ces réfugiés, pourtant les Italiens sont fondamentalement des peuples d’immigrés. Nous voulons fermer nos portes, alors que nous connaissons l’histoire. En tant qu’artiste, je fais un travail de mémoire. Et je veux démontrer qu’à travers l’art, il est possible de vivre ensemble.

Les projets ?
J’espère inviter des artistes malgaches en Italie. Je prépare un nouvel album qui sera également sous la forme d’un livre et pourquoi pas, faire une collaboration avec des musiciens malgaches ?

Propos recueillis par Aina Zo Raberanto

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir