Le tatouage, un peu, beaucoup, passionnément, pas du tout !
4 mai 2024 // Quiz & Actuel // 58 vues // Nc : 172

Mickaël Bardeur : Le tatouage, un rite de passage

« Chaque nouveau tatouage représente pour moi un cap franchi dans ma vie » confie Mickaël, qui arbore fièrement sept tatouages à ce jour. Pour lui, se faire tatouer est comme un rite de passage, un moyen de se souvenir de différentes périodes de sa vie. Chaque tatouage devient ainsi un témoin de son parcours personnel. « Les tatouages sur mon corps racontent une partie de mon histoire, où j’en étais et où j’en suis maintenant. C’est un peu comme afficher un tableau dans son salon, sauf que le mien, je le porte sur ma peau ». En tant qu’attaché culturel au Musée de la Photographie à Andohalo, ses tatouages revêtent une signification symbolique, représentant une histoire personnelle. Par exemple, un tatouage important pour lui est celui du dragon, qui dans la culture orientale est un symbole de chance et de prospérité. « Un autre est le serpent, souvent mal perçu, mais qui est en réalité associé à la guérison et à la sagesse dans la mythologie » confie-t-il.

Mickaël mentionne également son tatouage Venom, inspiré de son amour pour l’univers Marvel. De plus, il a déjà opté pour une cover up, remplaçant un ancien tatouage par un Oni, une figure démoniaque japonaise symbolisant la force et la bestialité. En mai 2015, Mickael a fait son premier tatouage : une étoile de Shamash sur son épaule gauche, inspiré par la série Supernaturel qu’il affectionnait à l’époque. En effet, il souligne que le tatouage est une forme d’art et non un signe de délinquance. « Nombreuses personnes intégrées socialement travaillent en entreprise ou fréquentent des écoles, et ils arborent fièrement leurs tatouages ». Malgré la stigmatisation parfois associée aux tatouages, Mickaël ne regrette en rien les motifs qu’il arbore aujourd’hui et prévoit d’en ajouter d’autres à l’avenir. Il est insensible aux préjugés et affirme n’avoir jamais rencontré de problèmes à cause de son apparence tatouée. Il conclut : « On dit que le corps humain est le temple de Dieu. Pour les personnes tatouées, c’est la chapelle Sixtine ! ».

Contact : +261 32 48 255 60
Facebook : Mickaël Bardeur

Bruce Raharijaona : Zéro tatoo, c’est pour toujours

Bruce a 27 ans, et chargé de projet comptable. Nombre de tatouages à son compte : zéro, et il en est plus que fier. Depuis son enfance, Bruce est entretenu par des raisons qu’il en fait, aujourd’hui, ses valeurs : « J’ai été éduqué par une mère chrétienne, et chaque fois qu’il y avait un petit gribouillage sur mon corps, on me réprimandait, en citant quelques versets marquants. » Bruce a grandi, et a appris de lui-même. « En grandissant, j’ai pris connaissance des effets du tatouage, en regardant mes amis, d’autant que j’ai du mal à faire confiance à la stérilisation des matériels. » Il n’y a pas qu’à l’aiguille, parce que Bruce vise un peu plus loin. « Je voudrais être un modèle pour mes enfants : si je leur dis de ne pas se faire tatouer, je ne voudrais pas agir dans le sens contraire ». Pas de « faites ce que je dis, pas ce que je fais », Bruce tient à garder ses valeurs, sans pour autant mettre de côté ceux qui s’y sont mis.

Et si, à sept ans, Bruce s’est déjà essayé à dessiner au compas, la lettre A au poignet, la cicatrice y est, mais il n’y a pas trouvé du beau. Pour lui, c’est un non ; pour ses amis, il n’y a pas de soucis, et aucune discrimination. « Il peut y avoir de la discrimination venant de la société, ou de certaines institutions, envers les personnes tatouées, chose que je voudrais éviter pour mes enfants. » Bruce se tient au naturel, et se ravit de l’idée : « Au moins, là, je n’ai pas à avoir peur d’une éventuelle infection venant d’aiguilles, je suis calme, et il n’y a rien du mal à garder son corps au naturel. »

Pages réalisées par Cédric Ramandiamanana et Rova Andriantsileferintsoa

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir