Simplor : Tous les jours plus stylé
25 juin 2024 // Mode & Design // 230 vues // Nc : 173

Simple, mais avec ce petit plus : Simplor est la marque ascendante de la mode au masculin. Bryan Raobison crée depuis 2022, les vêtements qui lui viennent par inspiration, mais attention ! Ils sont bien à la mode, mais aussi, et surtout, pratiques. Entrepreneur, il relève le savoir-faire malgache par une qualité qu’il travaille de sa ville natale, Antananarivo, pour son pays et pour le monde.

Que signifie « Simplor » ?
Le nom Simplor vient de la contraction de deux mots : « simple » et « or ». Je voulais quelque chose qui me ressemble, et j’ai donné, on va dire, mon ADN à la marque, parce que j’aime tout ce qui est simple, mais en restant vraiment dans ce qui est classe : une simplicité qui se vaut, simple et or. J’ai débuté en 2021 avec la revente de vêtements. Après un an d’activité, je me suis dit « pourquoi ne pas créer ma propre marque ». Depuis petit, j’ai toujours été attiré par les belles choses, c’est quelque chose qui a surtout été transmis par mes grands-parents. En grandissant, je n’ai pas eu de vrai style, mais j’ai commencé à développer ça à partir de l’université, c’est un moment où on rencontre tout un tas de monde, on voit tout un tas de choses. Je me suis dit « pourquoi ne pas donner une chance à ce côté-là » : m’habiller, donner vie à ce que moi, j’ai en tête. Je me rappelle très bien : en 2021, à la suite d’un shopping, j’ai étalé les vêtements que je venais d’acheter, je me suis dit « ah ça pourrait être pas mal si je le mettais avec ça ». J’ai commencé avec ces mêmes vêtements et, du coup, ils ne m’étaient pas destinés, mais à la clientèle. » Et comme je suis un fervent patriote, je défends l’excellence malagasy, et je sais qu’ici, on est capable et on peut faire plein de choses de bien face à ce qui se fait à l’international : les pièces sont fabriquées dans des ateliers indépendants ici.

Stylé, mais simple… ?
Je vais vers tout ce qui est vêtement de mode, mais que tout le monde pourrait porter. Ici, ou dans le stylisme en général, les pièces ne sont pas très fonctionnelles, ce ne sont pas des choses que l’on pourrait porter dans la vie de tous les jours. Je voulais vraiment apporter cette distinction : oui, je fais des vêtements de mode, mais qui parlent un peu à tout le monde. Il y a un style que j’aime bien : le Quiet Luxury, c’est un peu du Old Money, mais avec une touche de modernité. Chaque pièce est une proposition de ma part. Comme je l’ai dit, je donne mon ADN à la marque : c’est vraiment le reflet de ce que je suis, de ce que moi, je porterais, et que je me dise waouh. D’ailleurs, une des sources d’inspiration sur lesquelles je m’appuie, c’est Pinterest. Parfois, il y a des choses qui ne sont pas disponibles ici, des tissus surtout, mais je mélange un peu les choses avec ce qui pourrait être remplacé avec ce qui est disponible ici, c’est un petit DIY. Les sacs aussi peuvent être d’un coup de tête. Le premier modèle que j’ai sorti était un sac en bandoulière, à la suite de quoi, j’ai commencé à diversifier. La raison principale des sacs était ce côté pratique et fonctionnel. Moi, par exemple, je ne vais pas éparpiller les choses de valeur partout dans les vêtements, mais directement les mettre dans un sac et pour me sentir à l’aise, et voilà. C’est ça l’histoire, et ensuite, il y a eu d’autres modèles : le sac banane, et le dernier en date, le Baby bag, qui est une espèce de petit sac un peu fourre-tout, mixte - aussi bien pour les filles que les garçons. À la base, c’était un cadeau pour une personne, un proche, et encore une fois, c’était vraiment une inspiration, sur la personne qui allait le recevoir. Et je pense que continuellement, je vais toujours sortir des choses comme ça, mais qui partiront toujours d’une inspiration spontanée. On est à 193 sacs Simplor qui sont en circulation à ce jour.

D’une marque masculine… à l’entrepreneuriat ?
Une marque masculine parce que je n’ai pas cette fibre pour le côté création féminine, je reste vraiment dans le domaine qui me parle. Mais bien sûr c’est l’étiquette, mais moi, je ne suis pas quelqu’un qui va genrer les vêtements : tout le monde est libre de porter ce qu’il veut, et d’ailleurs, 45% de ma clientèle est féminine, celles qui aiment le côté boyfriend, corduroy, et chemise oversize.Pour le côté entrepreneuriat, s’il y a bien une pièce qui m’a marqué, c’est la veste en cuir. La difficulté était au niveau de la réalisation, mes collaborateurs n’avaient pas forcément les machines adéquates pour la créer. À la dernière minute, j’ai cherché tout ce qui pouvait avoir des machines industrielles, et c’est parti dans tous les sens, avec une course ici et là. C’était un peu chaotique. Mais en voyant le résultat final, je me suis dit « oh je n’ai pas fait tout ça pour rien », parce qu’elle était très belle cette veste. La marque est à cinq collections, et je prévois d’en sortir autre qui sera la première collection où je ne serai pas 100% sur le corduroy, donc, une toute nouvelle proposition. C’est en cours aujourd’hui. Surprise…. Et bientôt, j’espère, un défilé. Il y a eu des hauts et des bas, et pour tous mes consœurs et confrères dans l’entrepreneuriat, j’aimerais dire qu’il n’y a aucune honte à prendre son temps, et se recentrer pour revoir ce qui ne va pas. C’est ce message de résilience que je veux partager : qu’importe ce que vous vivez, à l’issue de tout ça, il y a toujours une lumière au bout du tunnel.

Propos recueillis par Rova Andriantsileferintsoa
Facebook : Simplor
Contact : +261 32 93 786 03
Bryan : +261 34 43 891 75

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir