La gourmandise, un vilain défaut ?
9 avril 2024 // Quiz & Actuel // 58 vues // Nc : 171

Jo Manou : Gourmande…sous surveillance

Elle est mannequin, alors bien évidemment qu’elle est anorexique, eh bien non ! Après six ans à l’agence Totem, Jo Manou privilégie plutôt un suivi régulier de son poids et adapter son régime en fonction. « Chaque samedi, on a une séance de formation et tout le monde est là, le formateur nous regarde et nous dit qui a gagné ou perdu du poids. Il nous conseille alors de surveiller ce que l’on mange. »
On est donc loin des vies de mannequin stéréotypées qui mesurent chaque calorie ; et pourtant, on parle bien de mannequinat professionnel, elle a déjà défilé au Modus Mode, Mihamy Mada Fashion, la soirée de la Francophonie, pour ne citer que quelques événements.

« C’est peut-être aussi par rapport à l’environnement à Madagascar que le responsable n’est pas trop exigeant pour notre régime, déjà que les gens ont juste assez de quoi manger. Mais nous faisons aussi des exercices pour la posture et la fixation du regard, et des exercices des muscles faciaux pour rajeunir le visage. » Elle se tient donc à l’exercice et sa propre intuition pour savoir quoi manger et à quelle quantité, à tel ou tel moment. « Il y a des fois où nous sommes plus gourmandes et allons souvent à des fêtes, et tout le monde prend du poids », avoue-t-elle en riant. Rien de mal à être gourmand donc, mais à condition de se surveiller si besoin.

Contact : +261 38 12 666 03

Mimi : « Cuisiner est un refuge »

« Manger est réconfortant, mais il faut éviter les extrêmes, en évitant les excès, que ce soit en mangeant trop ou en se privant ». Pour Andrianina Iriana Andrianjanoa, alias Mimi, la cuisine va au-delà d’une simple préparation de repas. Pour elle, c’est un remède qui l’a aidée à surmonter la dépression. Très active sur les réseaux, elle partage des vidéos de recettes faciles sur Instagram et Facebook. Sans formation culinaire officielle, cette jeune femme de 24 ans puise son savoir dans des vidéos en ligne et les conseils des gens. « C’est en faisant des erreurs que j’ai appris en cuisine ». En vérité, la cuisine s’est révélée être son refuge, lui permettant de transcender le harcèlement scolaire qu’elle a vécu au lycée, et à retrouver confiance en elle malgré les critiques des gens.

« Aujourd’hui, les critiques ne m’atteignent plus, car elles sont le reflet des autres et non de moi-même » déclare-t-elle. Consciente de son alimentation, Mimi reconnait l’impact de ses choix. Malgré les doutes initiaux, son amour pour la cuisine a grandi aux côtés de la mère de son copain, une cuisinière chevronnée. Depuis 2020, elle s’est inspirée des vidéos esthétiques de recettes sur TikTok et a commencé à partager ses créations en s’améliorant au fil du temps. De surcroît, Mimi encourage l’importance de l’amour propre, et incite chacun à prendre du temps pour soi, à être conscient de son être. Elle souligne également l’importance de la beauté subjective et conseille de ne pas laisser les critiques négatives dicter sa propre valeur. Telles sont les paroles d’une passionnée qui transforme la cuisine en réconfort.

Contact Mimi : +261 34 50 842 12
Facebook : Mimi

Pages réalisées par Cédric Ramandiamanana et Mpihary Razafindrabezandrina

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir