Fifaliana Brown : Violon rebelle !
6 mai 2024 // Musique // 168 vues // Nc : 172

Elle est dotée d’une beauté, d’une voix et d’un talent remarquables. Fifaliana Rakotomandimby, de son nom d’artiste Brown, est une violoniste autodidacte de 24 ans. Son jeu de violon ainsi que son interprétation envoûtante la distinguent comme une véritable perle dans le monde de la musique.

Les vidéos où elle combine le violon avec le chant, jouant des morceaux tels que « Natural Woman » d’Aretha Franklin ou « Tsy hirenireny » de Jaojaoby ont suscité un engouement considérable sur les réseaux sociaux. Contrairement à la perception commune selon laquelle les violonistes se limitent au classique, Brown défie cette idée avec un style qui lui est propre, teinté d’une légère touche rebelle. Elle affirme : « Il n’y a pas que le classique. Moi, je m’aventure dans le jazz, le soul, le gospel, le rap et bien d’autres genres. J’apprécie également le bà-gasy, malgré sa complexité ». Autodidacte, elle a découvert le violon vers l’âge de 14 ans, en tant que soliste dans une association. À l’origine, Brown était davantage attirée par la guitare basse et la batterie. « En tant que chanteuse classique, il y avait des musiciens dans l’association. Un jour, un violoniste est parti et nous avons eu accès gratuitement aux violons. C’est à ce moment-là que j’ai décidé de m’y intéresser ».

Après avoir quitté cette association, elle a été invitée par Ravo Rabaonarison, leader de Quator Squad depuis 2021, à rejoindre Madagascar Orchestra, un regroupement de musiciens engagés dans la quête de l’excellence musicale. « J’ai repris le violon vers 2019 en jouant pour Jaws Band après une petite pause. C’est en 2020 que j’ai décidé de monter sur scène sous mon propre nom, Fifaliana ».

Depuis qu’elle a rejoint Madagascar Orchestra, Brown a consacré davantage d’efforts à perfectionner sa technique du violon, prenant conscience des erreurs passées. « J’ai dû réapprendre beaucoup de choses, ce qui est vraiment difficile en tant qu’autodidacte, car on ne sait pas toujours si les techniques trouvées sur internet sont les bonnes » explique-t-elle. Pour progresser, elle échange avec d’autres violonistes et a même suivi deux Master class dispensées par un violoniste français confirmé, de passage à Madagascar. En tant que violoniste, Brown est régulièrement sollicitée pour remplacer ses pairs ou pour des collaborations artistiques. « Un jour, le rappeur Willis NBL m’a contactée après avoir visionné l’une de mes vidéos. Il m’a demandé si je pouvais jouer du rap. Ayant un style ouvert en violon, j’ai accepté ». Par ailleurs, elle anime également des évènements privés, notamment des mariages et des baptêmes. Sans avoir à faire beaucoup de publicité, sa réputation se propage essentiellement par le bouche à oreille. À côté de cela, Brown propose uniquement des cours particuliers de violon sur demande des élèves. « Avec mon cousin, j’ai co-fondé une école proposant des cours de musique. Malgré un emploi du temps chargé, j’enseigne le violon lorsqu’un ou une élève exprime le besoin ».

Malgré ses années d’expériences, l’apprentissage des bonnes techniques reste un défi constant pour la jeune autodidacte. « Je suis constamment en quête d’amélioration de mes compétences techniques, ce qui demande beaucoup de temps et d’efforts. Je me réfère ainsi a de nombreux livres pour progresser ». Aussi, elle aspire à laisser une empreinte durable dans le monde du violon et de porter haut les couleurs de Madagascar à l’échelle internationale. « Actuellement, je travaille sur un projet avec Kaira Futur pour sa page Lettre aux inconscients sur Facebook. Il se charge du contenu écrit tandis que je me consacre à la partie son et musique ». En conclusion, Brown incarne l’union harmonieuse entre la grâce et la musique. Comme le disait si bien Ralph Waldo Emerson : « Dans chaque note jouée, réside la beauté intemporelle de l’âme ».

Propos recueillis par  Cédric Ramandiamanana
Facebook : Fifaliana Brown
Contact : +261 34 04 630 26

Laisser un commentaire
no comment
no comment - La 5e édition de la résidence Regards  Croisés à Diego Suarez

Lire

15 juillet 2024

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez

La 5e édition de la résidence Regards Croisés à Diego Suarez s’est déroulée du 24 juin au 06 juillet organisée par l’Alliance Française d’Antsiranana...

Edito
no comment - L’appel de la forêt

Lire le magazine

L’appel de la forêt

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île. Depuis de nombreuses années, ce peuple est entouré de légendes non fondées et suscite la curiosité des chercheurs et des historiens. Et pourtant, c’est un peuple qui a hérité d’une culture et d’un mode de vie séculaire vouant à disparaître, si aucune initiative n’est lancée pour sauver leur forêt qui continue de brûler chaque année. Une forêt primaire pourtant nommée au rang de patrimoine mondial de l’UNESCO. Comme le précise le photographe Thierry Cron (p.44), l’objectif principal de son travail photographique est de faire découvrir ce peuple au plus grand nombre, de sensibiliser le public à la précarité de leur situation, de susciter une prise de conscience collective et d’encourager des actions concrètes en faveur de la préservation de leur environnement et de leur mode de vie. 

no comment - mag no media 02 - Mai - Juin 2024

Lire le magazine no media

No comment Tv

GRAND ANGLE - Mikea - Thierry Cron - Reportage photos – NC 174

En octobre 2023, les Mikea ont participé au premier congrès sur la conservation des peuples autochtones des communautés locales d’Afrique à Namibie. C’est la première fois qu’un Mikea, en la personne de Tsivohara sort de Madagascar pour représenter sa communauté à une réunion internationale. Les Mikéa sont les derniers chasseurs-cueilleurs de Madagascar habitants dans le sud-ouest de l’Île, victimes de la déforestation.

Focus

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM Hors les Murs à la Zone Zital Ankorondrano, le samedi 22 juin.

no comment - Fête de la musique et les 60 ans de l'IFM

Voir